bras

 

 

 

 Sagesse Primordiale

 

 

 

 

Forum

Blog

Annuaire

Contact

Certification Iddn pour Sagesse Primordiale

Certification Iddn

Copyright ©  

   Tous droits réservés

1er février 2010

Edito

Haïti, Irak, Soudan, Nigéria, Bangladesh, Indonésie, Équateur, Afghanistan, Pakistan, S.D.F, sans-papiers, chômeurs, moines tibétains, lapidations, peines de mort et, et, et,….

La liste est longue, trop longue…

Chaque jour, chaque heure, voire même chaque minute, la souffrance de notre Humanité terrienne nous est vivement racontée, filmée, écrite au plus près, au plus vite, au plus cru, par nos médias.

Sans entrer dans les polémiques du voyeurisme ou de « l’information », regardons au plus près ce que cela crée et dégage en nous.

Pour beaucoup d’entre vous, le premier mot est : de la pitié, de la commisération, de la sensibilité.

Pour certains, moins nombreux, le premier sens venu est : COMPASSION.

Le mot est lâché. Mais que signifie-t-il vraiment ?

Nos dictionnaires écrivent : Sentiment de sympathie envers les maux d'une autre personne. Ce sentiment qui inclinerait à partager les maux et les souffrances d'autrui.

Mais alors, si nous entrons dans l’affectif, qu’en est-il du détachement ?

Je pourrai me référer, pour parler de la compassion, à l’enseignement de n’importe laquelle des grandes confréries que regroupent les Sagesses Terriennes, cet « amour du prochain comme soi-même » étant un principe planétaire que l’on trouve plus ou moins dans l’enseignement de toutes les grandes traditions.

Je vous parlerai donc de la nôtre, le Gentilisme, pour plusieurs raisons :

Le Gentilisme se définit non pas comme une religion mais comme une philosophie, une éthique, une sagesse. Ce n’est pas une religion si on entend par là, par exemple, la " reconnaissance par l'homme d'un pouvoir ou d'un principe supérieur de qui dépend sa destinée et à qui obéissance et respect sont dus "; ou que l'on se réfère à toute autre définition inspirée par la tradition religieuse d'Orient. C'est ainsi que l’idée même de Dieu n'existe pas dans le vocabulaire Gentil. L'idée même d'un Dieu tel que le conçoit la tradition Occidentale lui est totalement étrangère.

Le gentil est un homme qui cherche la vérité par son propre effort et non pas par une révélation divine.

Enfin donc, la compassion est une harmonisation entre tous les êtres, d’ici et d’ailleurs, vivants et morts, du passé, du présent et de l’avenir.

La Compassion, c’est se sentir touché par le sort des autres. Si les « Autres »ont une attitude un peu négative envers nous, n’oublions pas qu’ils sont nos frères et sœurs. La vraie compassion ne dépend pas de l’attitude d’autrui, mais uniquement de Nous.

La compassion est intimement liée à la Sagesse. La compassion, ce n’est ni la pitié ni la sensiblerie. C’est la conscience ouverte à toutes les situations, une conscience développée par l’exercice permanent à l’attention, au discernement.

La compassion dégage alors automatiquement la Sagesse, la connaissance supérieure, qui indique l’aboutissement le plus efficace. Elle permet d’être ouvert aux autres, à ce qu’ils disent, à ce qu’ils font, à ce qu’ils sont, ce qu’ils ressentent, aussi bien souffrance que joie (les deux étant deux grandes illusionnistes….).

Elle est Sagesse, car la compassion doit être Vraie, au sens fort du mot, car, une fausse compassion, même adroite, génère du malaise, alors qu’une vraie compassion, même malhabile va "de mon cœur à ton cœur" et devient Lumière pour celui/celle qui la reçoit.

Le Gentilisme distingue trois rangs dans la compassion :

Le niveau physique, par exemple, le don matériel (argent, denrées etc.)

Le niveau sensible, le don de la sympathie, amour, amitié.

Et enfin le niveau spirituel ou de l’absolu parce qu’il relève de la réalité absolue (Vacuité).
Les deux premiers niveaux relèvent de la réalité illusoire, le monde tel que nous le percevons couramment et le vivons.

Voilà donc un tout petit aperçu de la Compassion chez les Gentils.

Pour conclure, il me vient en mémoire un petit conte que racontait à l’envie mon Maître Enseignant.

Une mère perdit son enfant et demanda au Grand Sage de la région de le ramener à la vie. Celui-ci lui promit de le faire si elle trouvait dans la ville une famille qui n’avait pas été frappée par ce malheur.

Elle chercha, chercha longtemps et en vain.

Elle revint apaisée près du Grand Sage car en dialoguant avec ces familles elle avait donné et reçu beaucoup de compassion.

La compassion est la voie qui amène à la Sagesse car nous devenons, à ce moment là, une partie du Tout et le Tout en même temps.

 

***

 

Modules d'initiation

à la Sagesse des Gentils par correspondance.

Facile et simple :

La Sagesse par correspondance

*******************************

P.S : Nous vous rappelons que tous les textes de ce site sont déposés en Copyright et ne peuvent donc pas être reproduits sans notre autorisation.

 

A Bientôt

 

Sagesse Primordiale protège les enfants et aussi la libre expression sur Internet